Modèles de camouflage belges

Le royaume de Belgique

Les forces belges combattant aux côtés des alliés au cours de la Seconde Guerre mondiale comptaient deux unités aéroportées, la Compagnie belge indépendante de parachutistes et un escadron des Services aériens spéciaux (SAS). Les deux unités portaient des blouses de parachutiste Denison de fabrication britannique dans un motif de camouflage unique, " coups de pinceau " peint à la main, qui donnait ensuite naissance à une grande branche de motifs dérivés encore utilisés aujourd'hui. Après la guerre, les Belges ont reproduit plusieurs variantes du motif de coups de pinceau, qui a continué à être utilisé principalement avec les unités Airborne et Commando jusque dans les années 1970. Parallèlement au motif de coups de pinceau, la Belgique a également introduit son propre motif de camouflage indigène, surnommé " puzzle " en raison de sa ressemblance avec les pièces d'un puzzle multicolores. Ce modèle a continué à être utilisé par les forces militaires belges (dans diverses incarnations) dans l’ère actuelle, et des variations ont également été produites pour ses anciennes possessions coloniales en Afrique.


Modèles de camouflage belges

  • Les britanniques   Les membres de la Belgian Independent Parachute Company et de l'escadron SAS ont porté un camouflage en trait de pinceau Denison (2e modèle) au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Belgique12.jpg

  • Une version belge datée de 1950 de la blouse britannique Denison utilisant une copie ancienne du motif de coups de pinceau est présentée ici. Ce modèle aurait été en service de la fin des années 1940 jusqu’à environ 1952 avec des unités aéroportées et des unités de commando. Le design est en fait assez sophistiqué, consistant simplement en de larges coups de pinceau de vert et de brun peints dans un motif entrecroisé, ayant apparemment moins de fonctionnalité que le design original de la Seconde Guerre mondiale.

Belgique13.jpg   Belgique11.jpg

  • En 1951, on a commencé à utiliser un motif "vagues" bicolore de grandes formes amibiennes brun roux sur fond gris. Ce camouflage a été porté par certains membres du Corps des volontaires belges ("bérets bruns") en service pendant la guerre de Corée et n'a probablement servi que dans des unités belges aéroportées, mais il semble avoir été rapidement arrêté et complètement abandonné en 1953. La conception est imprimée sur un tissu en sergé de coton de poids moyen, qui a tendance à s'estomper de manière significative après une utilisation prolongée.

Belgique10.jpg

  • Apparue pour la première fois en 1952, cette variante du motif de trait de pinceau original est souvent appelée «lune et boules». Il se distingue des dérivés belges ultérieurs par les faibles traces de pinceau des couleurs qui se chevauchent et par la forme unique en "dents de scie" rarement rencontrée dans le motif. Bien que porté principalement par les unités aériennes, commando et marines belges jusque dans les années 1970, le modèle n’était fabriqué que de 1952 à 1956. Le motif était imprimé sur plusieurs types de tissus, notamment des popelins en coton de poids moyen et moyen et des toiles plus épaisses.

Belgium2.jpg   Belgique14.jpg   Belgique15.jpg

  • Introduit en 1954 et continuant sa production jusqu’en 1975 environ, le camouflage plus traditionnel de coups de pinceau belges est présenté ci-dessous. En général, le motif est constitué d’épaisses touches de pinceau vert foncé et brun foncé sur fond kaki, bien qu’au moins deux ou trois variations aient été documentées en termes d’utilisation des couleurs (certaines utilisant des teintes nettement plus vives) imprimées à la fois sur une toile épaisse et sur un coton de poids moyen en tissu. Également publié exclusivement pour les unités aériennes, commando et marines belges, il est supposé que la conception était principalement destinée à être utilisée en dehors de l'Europe, en particulier dans les colonies africaines de Belgique. Bien que la production ait cessé dans les années 1970, les stocks existants ont continué d’être libérés jusqu’au début des années 90.

Belgium3.jpg   Belgium16.jpg

  • Une variation de ce qui précède a été documentée avec un coloris beaucoup plus brillant, incorporant des formes de couleur vert lime et rose foncé sur le fond kaki standard. Les exemples de cette variation ne sont pas aussi communs, ce qui suggère que cela aurait pu être une production limitée.

Belgique19.jpg

  • Le motif de camouflage indigène et le plus durable de Belgique est le motif " puzzle ", présenté ci-dessous dans sa première incarnation (m / 56). Introduit en 1956 et continuant à produire avec essentiellement les mêmes caractéristiques jusque dans les années 1970, ce motif de camouflage était de nouveau généralement réservé à une utilisation par des unités d'élite des forces armées belges. Le motif se compose d'éléments de terre rouillée, de vert foncé et de vert kaki au milieu de formes plus petites en noir et blanc. On pense que le design était principalement destiné à être utilisé en Europe, bien que certaines actions aient atteint l'Afrique et aient même été entre les mains d'unités d'élite des anciennes colonies belges telles que le Zaïre . La plupart des versions de cette conception ont été imprimées sur une toile épaisse.

Belgium4.jpg   Belgium17.jpg

  • Une deuxième variante du modèle de puzzle a été introduite au milieu des années 1970. Cette version a une apparence générale beaucoup plus "sombre" et a de nouveau été utilisée strictement par les unités d'élite de l'armée et de la marine belges. Cette version a été imprimée sur du sergé de coton épais ainsi que sur de la popeline légère, la durabilité de la toile à l’ancienne ayant été abandonnée au profit du confort du soldat.

Belgium5.jpg   Belgique18.jpg

  • En 1989, l'armée de l'air belge a introduit un motif de camouflage fortement influencé par les procès de l'armée allemande de 1976. Ce motif, composé de taches noires, orange rouille, olive foncée et gris olive sur fond vert pâle, se distingue de l' armée allemande. Le motif flecktarn de différentes manières, notamment le style et le positionnement des taches, ainsi que les combinaisons de couleurs spécifiques utilisées dans le schéma. Les uniformes de ce type ont été principalement distribués au personnel de sécurité de la base aérienne et leur distribution a été abandonnée en 2000.

Belgique7.jpg

  • Une troisième variante du motif de puzzle belge est apparue pour la première fois en 1999. Quelques années auparavant, le ministère de la Défense avait estimé qu'un motif de camouflage belge universellement reconnaissable était souhaitable et avait introduit un seul type d'uniforme à porter par tous les militaires. Produite initialement dans une variété de types de tissus, la version considérée comme "troisième scie sauteuse " a un aspect légèrement condensé par rapport aux modèles précédents. L'uniforme de combat standard des forces armées belges est à présent fabriqué en tissu indéchirable de poids moyen. Un camouflage de puzzle de troisième modèle belge a également été porté par des unités de l'armée luxembourgeoise servant dans des missions de maintien de la paix en dehors du pays.

Belgium6.jpg

  • La participation accrue aux missions internationales de maintien de la paix ainsi que l’engagement de la Belgique auprès de la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) en Afghanistan ont incité à mettre au point un motif de camouflage distinctif dans le désert, publié en 2004. Il est constitué de formes marron clair et brun grisâtre. À l’arrière-plan, le motif conserve le motif distinctif de «scie sauteuse» belge dans un jeu de couleurs bien plus approprié pour les déploiements dans des régions arides. Le camouflage dans le désert belge a également été porté par les unités de l' armée luxembourgeoise servant en Afghanistan (ISAF).

Belgique8.jpg

  • Une quatrième variante du motif de camouflage national des casse- tête est apparue vers 2005 et remplace depuis les incarnations précédentes au fur et à mesure que les fournitures disparaissaient du système de distribution. Le motif n'a été modifié depuis la dernière version que par l'omission des minuscules morceaux de "blanc" qui figuraient traditionnellement dans le dessin. Ceux-ci ne restent plus.

Belgique20.jpg

  • Les opérateurs du groupe des forces spéciales de l'armée belge (SFG) se sont déployés dans plusieurs endroits depuis 2016 vêtus de l' uniforme Multicam . Cela semble être une tendance croissante, bien que les membres de l'unité se soient également déployés dans des tenues de camouflage standard de l'armée belge.

Multicam.jpg


© Mode extérieure Cie., Ltd de Hangzhou