République française

China FashionOutdoor est l'un des principaux fournisseurs d'articles militaires en Chine et travaille dans ce domaine depuis plus de 15 ans.

Les avantages de FashionOutdoor sont les suivants: sac à dos militaire, veste tactique de l'armée, etc. Si l'un de ces articles militaires sur www.aplce.com vous intéressait, veuillez nous en informer, nous nous ferons un plaisir de vous donner plus de détails.


Au cours de la Première Guerre mondiale, la France a expérimenté des motifs de camouflage peints à la main pour certaines de ses troupes combattant en Europe. Produit par la Section de camouflage de l'armée, dirigée par Eugene Corbin, plusieurs styles ont été testés, notamment des taches, des rayures et des taches inégales. Ces uniformes fabriqués à la main étaient le plus souvent portés par des tireurs d’élite et des éléments de reconnaissance opérant sur les lignes de front, et n’ont jamais été adoptés ni produits en masse.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, des éléments aériens et commando des forces françaises libres ont fréquemment endossé les blouses de parachutistes Denison peintes à la main et camouflant, qui sont courantes avec les forces aéroportées britanniques et alliées. Avec la montée des mouvements nationalistes immédiatement après la fin de la Seconde guerre mondiale, les forces françaises largement sous-équipées se retrouvent rapidement engagées dans un nouveau type de conflit lors de la première guerre d'Indochine (1946-1954). Fortement approvisionnée par ses anciens alliés de la guerre, de nombreuses unités d'élite françaises en service en Indochine portaient des uniformes américains en surplus de motifs ponctuels de type M1942 ou des uniformes de camouflage coupe-vent britanniques de type M42, souvent modifiés sur mesure ou adaptés aux normes françaises. En 1951, cependant, la France a commencé à mettre en place sa propre marque de camouflage, la tenue de leópard, inspirée par le style britannique de coups de pinceau . Ce modèle deviendrait un symbole des troupes françaises aéroportées et commando (et, en fait, de l'armée française dans son ensemble) pour le reste du siècle, en dépit du fait que l'utilisation française à grande échelle du modèle a été arrêtée à la fin de la période algérienne. Guerre.

Tout au long de la période allant des années 1960 au début des années 1990, les forces militaires françaises, comme nombre de ses homologues européennes, étaient officiellement revêtues de vert olive. Les périodes de développement des entreprises privées, en particulier au début des années 1980, ont conduit à une poignée de schémas expérimentaux tels que ceux produits par Texunion en 1981 et 1983, mais ce n’est pas avant les événements qui ont conduit à l’opération Desert Shield / Desert Storm en 1990- 91 que le gouvernement français a de nouveau adopté l'idée de revêtir l'uniforme de camouflage du personnel militaire. Depuis le début des années 90, les forces françaises ont conservé les vêtements de camouflage comme uniforme opérationnel standard.

Début camouflage français

  • Voici un exemple de camouflage peint à la main développé par la Section de camouflage pendant la Première Guerre mondiale.

France23.jpg

  • La France a effectivement produit une copie de la seconde guerre mondiale allemande   Zeltbahn camouflage motif éclats peu de temps après la fin de la seconde guerre mondiale. Les abris étaient utilisés par les troupes françaises combattant en Indochine, bien que les formes en éclats dans le modèle français soient toutes liées, alors que certaines sur la version allemande peuvent être considérées comme isolées. [1]

France16.jpg

  • Produit en France sur des écrans d’impression allemands de l’époque de la Seconde Guerre mondiale, le zeltbahn à motifs réversibles de 1950 incorpore des formes de type éclats en vert sur fond kaki d’un côté et marron sur kaki de l’autre. [2]

France17.jpg   France15.jpg

  • Émergeant au début des années 50, le parachute breveté Luceber produit pour l’armée française était imprimé selon un motif unique de gribouillis noirs et verts sur un fond sableux. Bien qu'ils ne soient utilisés que sur des linceuls de parachute, ils étaient souvent coupés à la main en foulards personnels par les militaires français et portés comme une sorte de cravate.

France9.jpg


© Mode extérieure Cie., Ltd de Hangzhou