Sud Ouest Africain

China FashionOutdoor est l'un des principaux fournisseurs d'articles militaires en Chine et travaille dans ce domaine depuis plus de 15 ans.

Les avantages de FashionOutdoor sont les suivants: sac à dos militaire, veste tactique de l'armée, etc. Si l'un de ces articles militaires sur www.aplce.com vous intéressait, merci de nous le signaler , nous serons heureux de donner au client plus de détails.


Le Sud-Ouest africain (Suidwes-Afrika) était l’ancien nom de la nation actuelle de Namibie . À partir de 1884, la région était connue sous le nom de Sud-Ouest africain allemand (Deutsch-Südwestafrika) et était considérée comme faisant partie de l'empire allemand, en dépit d'insurrections répétées. Pendant la Première Guerre mondiale, le territoire a été pris aux Allemands par les forces sud-africaines . Il est ensuite devenu un territoire sous mandat de la Société des Nations sous l'Union de l'Afrique du Sud. Après la Seconde Guerre mondiale, l’Afrique du Sud s’est opposée à ce que la région soit sous le contrôle de l’Organisation des Nations Unies et en est venue à la considérer comme une cinquième province.

La SWAPO (Organisation du peuple de l'Afrique du Sud-Ouest) a été fondée en 1960 en tant qu'organisation nationaliste africaine œuvrant pour l'indépendance de l'Afrique du Sud et le gouvernement majoritaire. La SWAPO a organisé sa propre branche paramilitaire, l'Armée de libération du peuple de Namibie (PLAN), et a lancé en 1966 une campagne de guérilla contre le gouvernement sud-africain. De 1966 à 1989, ce que l’on a appelé la guerre de la frontière (ou guerre d’indépendance de la Namibie) a fait rage dans le sud-ouest de l’Afrique et a finalement été entraîné dans l’ Angola voisin . La guerre impliquera à terme plusieurs combattants, dont la force de défense sud-africaine, la force territoriale du sud-ouest de l'Afrique (SWATF), la police du Sud-ouest de l'Afrique (SWAPOL) et les forces angolaises de l'UNITA, ainsi que la SWAPO, les forces gouvernementales angolaises (FAPLA), Cuba les forces militaires, les membres du mouvement de guérilla sud-africain Umkonto We Sizwe (MK) et les forces militaires de la Zambie . Alors que les pressions internationales se renforçaient contre l'Afrique du Sud à la fin des années 80 et que les forces sud-africaines faisaient face à une opposition de plus en plus sérieuse contre les avions de combat et les unités blindées cubains, un accord de paix fut conclu en août 1988.

L'une des unités les plus efficaces menant des opérations de sécurité intérieure pendant le conflit avec la SWAPO était l'Unité anti-insurrectionnelle de la police du Sud-Ouest africain (SWAPOL-TIN), surnommée "Opération K" ou simplement Koevoet, qui se traduit par "en forme de pied de biche" en afrikaans. . Cette unité a été créée en 1978 dans le but spécifique de lutter contre les forces insurgées de la SWAPO en faisant appel à un personnel essentiellement africain composé d’Africains noirs appartenant aux tribus Ovambo et Kavango, qui connaissaient bien le terrain, les dialectes et les coutumes de la région, ainsi que les compétences en matière d’utilisation des armes et de suivi. Le personnel est devenu expert dans la collecte de renseignements auprès de sources locales et dans la conduite d'opérations de contre-espionnage visant à déjouer les réseaux de la SWAPO. Grâce aux tactiques de poursuites acharnées, cette unité a acquis une réputation sans égale parmi les insurgés, représentant un tiers des victimes de la SWAPO entre 1978 et 1988 [1].

En coopération avec un groupe d'assistance des Nations Unies pour la période de transition (GANUPT), le long processus de démolisation a commencé et quelques escarmouches continuent d'être combattues. Le Conseil de sécurité des Nations Unies a finalement fait pression sur le gouvernement sud-africain pour qu'il dissolve la force anti-insurrectionnelle de Koevoet, au milieu d'accusations généralement fausses selon lesquelles il poursuivrait ses opérations de combat jusqu'en 1989 et aurait même commis des atrocités contre la SWAPO "sans défense". En novembre 1989, des élections ont eu lieu au sein de la SWA. La nouvelle assemblée constituante s'est réunie pour la première fois le 21 novembre 1989. La nation obtiendrait officiellement l'indépendance et changerait de nom pour devenir la République de Namibie en 1990.

La force territoriale du sud-ouest de l'Afrique (SWATF) était le nom des forces armées du pays avant l'indépendance. Les SWATF étaient essentiellement des auxiliaires des forces de défense sud-africaines (SADF), vêtus d'un uniforme similaire, mais possédant leur propre uniforme et leur propre insigne. L'uniforme standard de la SWATF était le même vêtement brun chocolat ou de couleur nutria porté par la SADF, et la seule unité SWATF connue à s'être déployée en tenue de camouflage était la 1re Unité de reconnaissance pour l'Afrique de l'Ouest. La police du Sud-Ouest africain (SWAPOL) s'est toutefois vu remettre son propre uniforme de camouflage.

Modèles de camouflage sud-ouest africain

  • Les membres de l'unité Koevoet de la police de l'Afrique du Sud-Ouest (SWAPOL) avaient à l'origine reçu les deux types de camouflage de la police sud-africaine, l'unité ne disposant pas de magasins à sa création. Les stocks de ce camouflage ont été progressivement remplacés par le vert olive uni ainsi que par le dessin unique du camouflage SWAPOL à partir de 1980. Son utilisation avec l'unité a donc été de courte durée.

Sap1.jpg   Sap6.jpg

  • Un motif de camouflage unique "prairies" mis au point pour la police du Sud-Ouest africain (SWAPOL) - souvent appelé motif de Koevoet - a été publié de 1980 à la veille du démantèlement de l'unité en 1989. Son utilisation était réservée aux terres unité d'insurrection. La conception est un motif horizontal de formes feuillues vert roux et foncé olive sur un fond sableux. Une version en sourdine du motif, imprimée sur un tissu épais ressemblant à Airtex, a également été produite (ci-dessous, à droite) avec des étiquettes étiquetées AIR Bien qu'une rumeur circule autour de la communauté des collectionneurs depuis des années et indique que les étiquettes indiquent que le motif est "Anti-Infa Red , "il n’ya jamais eu aucune preuve pour étayer l’affirmation. Il est plus probable que le modèle variant ait simplement été produit par une autre société utilisant le nom AIR.

Swa1.jpg   Swa2.jpg

  • Le motif de camouflage présenté ci-dessous a été conçu et réalisé par l’homme d’affaires sud-africain Johan Niemoller pour la 1re unité de reconnaissance SWATF (SWA Special Forces) à la fin des années 1980. Cette conception n'a jamais été officiellement adoptée, mais était disponible pour les membres de l'unité de reconnaissance SWA pour un achat privé. Une ligne de sangles Niemoller a également été produite dans le même modèle pour une utilisation par cette unité. Au moins deux variations de couleur différentes ont été documentées, avec une base brun jaunâtre ou gris verdâtre.

Swa3.jpg   Swa4.jpg

SWAPO / PLAN Camouflage

L'Armée populaire de libération de la SWAPO en Namibie (PLAN), à l'instar de nombreux mouvements de guérilla nationalistes des années 1970 et 1980, utilisait tous les uniformes et équipements militaires à sa portée. Néanmoins, un certain nombre de motifs de camouflage semblent avoir été répandus dans le groupe à différents moments. Certains de ces modèles ont été achetés à titre privé en petites quantités, tandis que d'autres semblent avoir été donnés par le gouvernement sympathique aux objectifs politiques de la SWAPO. Les modèles suivants ont tous été documentés et utilisés par PLAN à différents moments de la guerre.

  • L'un des motifs de camouflage les plus couramment utilisés au cours des premières années d'exploitation était le motif « pluie » ou «mouchetures de riz» imprimé en Allemagne de l'Est . Bien que certains uniformes de DDR soient finalement arrivés en Afrique, les uniformes les plus fréquemment rencontrés semblent avoir été fabriqués localement à partir de tissus importés.

DDR5.jpg   Poland1.jpg

  • Un autre dessin couramment utilisé, obtenu de sources cubaines et angolaises , était le dessin de lézard gris porté par la FAPLA.

Angola1.jpg   Angola2.jpg

  • Les uniformes et les combinaisons de camouflage de solnechnye zaychiki (lapins solaires) fabriqués par les Soviétiques ont également été peu utilisés au cours des années 1980 avec les unités du PLAN.

Ussr4.jpg   Ussr5.jpg

  • Le dessin de camouflage produit en Bulgarie (voir ci-dessous), manifestement influencé par le motif de la JNA m68 MOL de la Yougoslavie , a été documenté et utilisé par PLAN dans plusieurs sources. Tous les uniformes portent une marque spécifique pour l'exportation et ne semblent pas avoir été portés du tout par des unités bulgares ou d'Europe orientale.

Swapo2.jpg

  • Le motif de camouflage illustré ci-dessous est souvent désigné comme étant d'origine "libyenne", bien qu'il n'existe aucune preuve connue pour justifier son utilisation par ce pays. Le motif à rayures bleues ou "rhubarbe" se compose de rayures bleues, vertes et brunes sur fond kaki, et des sources indiquent que les uniformes ont été fabriqués en Roumanie ou dans l'ex- Yougoslavie dans les années 1980. La SADF a même créé un modèle de copie de ce modèle à l'usage de ses opérateurs des forces spéciales.

Libya2.jpg

  • Les modèles de lézards verticaux vus ici ont également été documentés et utilisés par les forces de la SWAPO / PLAN et éventuellement d'autres groupes d'insurgés opérant en Afrique australe. Ces modèles avaient pour origine l’ Égypte et au moins deux d’entre eux ont été copiés par l’Afrique du Sud pour être utilisés par des unités clandestines du régiment de reconnaissance (Recce). Bien que similaire, le second motif doit être considéré comme distinct des deux premiers, car il ne semble pas avoir été produit à partir des mêmes écrans.

Egypt28.jpg   Egypt24.jpg   Egypt25.jpg

  • Une autre configuration qui a vu l’utilisation sporadique avec PLAN est une copie du dessin du lézard vertical portugais m63 . Les preuves suggèrent que les uniformes provenaient du Mozambique, qui aurait également publié le modèle. De même, une variante connue pour avoir été portée par l' Ouganda a également été documentée.

Mozambique3.jpg   Uganda1.jpg

  • Au cours de la période 1988-1989, des membres du personnel de PLAN ont été vus portant des uniformes apparemment camouflés par DPM fabriqués au Kenya . Il n’est pas certain que les uniformes soient en réalité une affaire militaire kenyane, mais il existe de nombreuses preuves à l’appui de l’hypothèse selon laquelle des uniformes auraient été fournis par les forces militaires kenyanes servant à cette époque dans le sud-ouest de l’Afrique sous UNTAG.

Swapo1.jpg


© Mode extérieure Cie., Ltd de Hangzhou